TOP 5 – Meilleures lectures de 2016

Bonjouuuur ! Je vous retrouve en cette période de fin d’année pour vous faire part de mes 5 meilleures lectures de 2016. Pour ceux qui me suivent régulièrement sur le blog ou sur instagram, vous devriez déjà plus ou moins savoir de quels livres il s’agit. Mais j’ai tout de même souhaité vous en faire un article. Je ne peux malheureusement pas mettre tous mes coups de cœur de l’année dans un seul et même article, mais l’essentiel y est ! 🙂

large


5 –  L’élite TOME 1 de Joelle Charbonneau. (Ma chronique)

A la cinquième place se trouve le tome 1 de la saga de Joelle Charbonneau. Ce livre m’avait fait envie grâce aux éloges qu’Audrey du @lesouffledesmots en a fait. J’ai craqué cet été et ne regrette absolument pas. J’avais beaucoup apprécié l’univers créé par l’auteur, bien qu’il soit pour certains très cliché et copié des dystopies actuelles. Je l’ai lu en août, et cherche désespérément le tome 2  depuis. A chaque fois que je me rend à la Fnac, il est en rupture …

4 – Maybe someday de Colleen Hoover. (Ma chronique)

Malgré que j’ai longuement hésité à le mettre à la 3ème, Maybe Someday se trouve à la 4ème place de ce top ! Les mots choisis par l’auteur m’avaient percuté de plein fouet. Une histoire d’une réelle simplicité, toute en finesse, mais pleines de sentiments. Comme toujours, Colleen Hoover ne déçoit presque jamais !

3 – Avant toi de Jojo Moyes.

J’ai lu ce bouquin en tout début d’année, je n’avais pas encore mon blog donc il n’a malheureusement pas de chronique. Entre le succès du bouquin et la sortie de son film, ce livre est un des gros booms médiatiques de l’année 2016. Alors, petit mouton que je suis, j’ai suivi le troupeau et me suis ruée dessus à la première occasion. Et je dois dire que le petit mouton fut ravi de ne pas s’être égaré, auquel cas il aurait raté une superbe lecture. Je ne sais pas s’il est nécessaire d’en dire plus tant les avis et chroniques sont déjà nombreuses à son sujet ..

2 – Respire de KA Tucker.

Aaaah, ma petite bouffée d’air frais de 2016 ! Un roman cliché à souhait, mais dieu ce que je l’ai aimé ! Une histoire qui ne s’essouffle jamais. On passe du rire aux larmes à la surprise. Ce bouquin est une pépite que je recommande à tous. Je sais que certains n’ont pas apprécié cette lecture à cause du coté cliché. Mais personnellement, je pense avoir lu ce roman pile quand il le fallait. Une histoire qui, au premier abord semble assez sombre, mais qui se révèle pleine d’espoir au fil de la lecture. Je suis d’ailleurs actuellement en train de lire le tome 2  que j’aime aussi beaucoup !

1 – Le faire ou mourir de Claire Lise Marguier. (Ma chronique)

Et enfin, à la première place et sans aucune surprise je pense, le roman percutant de Claire Lise Marguier. Mon dernier coup de cœur (ou plutôt coup de poing) en date.  Ce n’est certainement pas ma lecture la plus agréable, mais surement la plus marquante de toute ma vie, et de loin. Je ne veux pas en dire plus, je vous invite à lire ma chronique qui en dit beaucoup en très peu de lignes.


Et voilà, ce top (qui sera surement le dernier de l’année 2016) est terminé ! Et vous, quelles sont vos meilleures lectures de cette année ? Je serai curieuse de savoir tout ça ! 🙂

 

Âmes jumelles âmes rebelles – Samantha Baily

couv22337193

TITRE : Ames jumelles, âmes rebelles

AUTEUR Samantha Bailly

EDITION Rageot

PARUTION : 2016

DATE DE LECTURE : 12/12/16 – 15/12/16

NOMBRE DE PAGE  : p

GENRE :  littérature jeunesse, amitié

NOTE : 18/20


« N’oublie jamais, quand le monde te paraît terne ou hostile, il nous suffit de faire ce que nous faisons de mieux.
Toi dessiner, moi, écrire »

RÉSUMÉ : Sonia est la plume, Lou le crayon. Âmes jumelles, elles se rencontrent sur Internet grâce à un forum de manga. Âmes rebelles, elles se lancent dans l’aventure d’un blog illustré. Ensemble, elles inventent, osent, racontent, décrivent… Jusqu’où les conduiront leur amitié, leur passion créative et la force de leur vocation ?


MON AVIS :  C’est avec grand plaisir que j’ai accepté de recevoir « Âmes jumelles âmes rebelles » lorsque les éditions Rageot me l’ont proposé. Ce roman est en fait une intégrale d’une duologie écrite par Samantha Bailly. Cela fait maintenant très longtemps que j’entend parler de ces romans, sans jamais avoir eu le courage de me lancer : c’est maintenant chose faites, et je ne regrette absolument pas ! 

Dans ce roman, on retrouve Lou et Sonia, deux jeunes filles passionnées, l’une par l’écriture, l’autre par le dessin. C’est sur un forum que ces deux vont se rencontrer et décider de combiner leur talent pour monter un projet professionnel ensemble : confectionner leur première BD et se faire publier.

Je ne pense pas nécessaire d’en dire plus quant au résumé. Ce roman est basé sur la quête d’un rêve et une profonde histoire d’amitié. On suit en parallèle la vie de ces deux jeunes filles, qui, au fil des chapitres, apprennent à se connaitre et créent des liens indestructibles. Aucun sujet n’est abordé au hasard. En passant par la première fois, les réseaux sociaux, l’homosexualité ou encore la réussite au bac, Samantha Bailly traite tous les points possibles et imaginables en lien avec l’adolescence, le tout avec beaucoup de maîtrise.

En suivant l’évolution de ces jeunes filles, on s’attache a leur rêve autant qu’elles. Je pense que quiconque peut se reconnaître dans au moins l’une des deux tant elles sont différentes. Lou, la timide, et Sonia, l’extravertie. A elle deux, elles forment un combo qui se complète si bien. L’une apporte la folie, l’autre tempère.

Je ne saurai pas comment expliquer de quelle façon la magie opère sur beaucoup de monde avec ce roman. Certes, la plume de Samantha Bailly est sublime, ce n’est plus un secret pour personne. Mais l’histoire semble au premier abord si simpliste qu’il semble difficile de ressentir tant de chose en s’y plongeant, et pourtant ! L’auteur à réussit la prouesse de s’adapter à chaque chapitre à la personnalité si différente de ses personnages. C’est une écriture très changeante qui donne beaucoup de rythme a ce (ces) roman(s).

Le premier tome est en quelque sorte une introduction, dans lequel on découvre l’univers, la famille, la personnalité et la passion qui anime ces jeune filles. Tandis que le second tome est plus basé sur la conquête d’un rêve, d’une ambition. Un tome dans lequel ces deux alliées pleines d’espoirs nous emportent dans leur monde tout rose, mais pourtant pleins de désillusions.

Ce bouquin peut se lire a tout age. C’est un livre catégorisé jeunesse mais la plume de l’auteur rend le tout très agréable à lire même pour les plus âgés. Vous n’avez plus d’excuses ! 😉

Génération K TOME 1 – Marine Carteron

41st0frp55l-_sx195_

TITRE : Génération K TOME 1

AUTEUR Marine Carteron

EDITION Rouergue

PARUTION : 2016

DATE DE LECTURE : 24/11 – 06/12

NOMBRE DE PAGE  : P

GENRE : fantastique, science fiction

NOTE : 17/20


« Je suis l’incréé, le créateur, le destructeur.
Et je me réveille.
Tremblez ! »

RÉSUMÉ : Kassandre, Mina et George, tous trois un peu bizarres et révoltés, ont un point commun que la plupart des gens ignorent : un pouvoir terrifiant… D’un pensionnat luxueux en Suisse aux quartiers chauds de Naples, la traque commence car leurs dons sont convoités par de redoutables puissances.


MON AVIS : Après avoir cartonné avec sa série « Les autodafeurs » , Marine Carteron revient avec une nouvelle trilogie très addictive ! Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Rouergue pour cet envois et cette superbe découverte.

Dans ce roman, 3 personnages, Kassandre, Georg et Mia, 3 points de vues différents, une immersion totale. Kassandre, la rebelle fan de métal. Mia, une très proche amie de Kassandre, beaucoup plus douce et tempérée, et enfin, Georg, le caid au coeur tendre. Chacun évoluent de leur coté, et, au fil des pages, nous découvrons un pouvoir surnaturel très particulier pour chacun d’entre eux. Tout 3 liés par « un maître » ainsi qu’une particularité dans leur ADN, pour une raison bien particulière que je vous laisserai découvrir.

Dés le départ, l’auteur nous immerge dans un univers bien à elle, quelque chose de très terre à terre qui, au fil de pages se transforme en quelque chose de fantastique. On sent peu à peu le vent tourner et devenir plus fou, plus dément. Marine Carteron nous transporte dans un monde original pleins d’épidémie, d’héritage génétique et de sang. Son univers semble au premier abord étrange et déroutant, puis au fil des pages se construit pour devenir quelque chose de très novateur et addictif. Marine Carteron sait manier sa plume comme il le faut pour nous plonger dans son histoire, et nous faire comprendre les fondements même de la vie de ses personnages.

Justement, en parlant des personnages, j’ai adoré Georg et Kassandre. J’ai toujours un penchant pour les héros badass possédant une bonne répartie, j’avoue avoir été servie avec ces deux là. J’ai cependant un peu moins apprécié Mia qui, malgrè sa douceur m’a quelque peu dérangé. Je n’ai en effet pas réellement compris ce qu’elle apportait de plus à l’histoire, peut être se révélera t-elle dans les autres tomes ?

Ce premier tome est en quelque sorte une introduction à la saga. On pourrait en effet penser que le roman ne nous mène pas bien loin, cependant, Marine Carteron pose les fondements nécessaires à sa trilogie pour mieux nous surprendre par la suite. J’ai pourtant préféré le début du roman, car le 2ème tiers m’a semblé tirer en longueur. Les chapitres se succèdent, on  en apprend un peu plus mais pas trop, et puis d’un coup, tout reprend de plus belle. Marine Carteron m’a transporté dans son histoire grâce a des révélations et des découvertes hors du commun.

Pour finir, le tome 1 de Génération K a su me surprendre par son aspect novateur, mais aussi par la plume de l’auteur qui rend le tout très enivrant. Je vous recommande ce roman si vous recherchez une science fiction originale, qui malgrè qu’elle soit catégorisée « jeunesse » est très agréable pour des lecteurs plus adultes.

TOP 5 – Livres de Noël

Le mois de décembre est le moment parfait pour s’enrouler dans un plaid avec un bon thé et dévorer les pages d’une romance hivernale pleine de flocons de neige et de chocolat à la guimauve. Totalement cliché je sais. Mais c’est pourquoi j’ai eu envie, à l’approche de Noël, de vous présenter mon top 5 de livres qui selon moi, sont, ou ont l’air parfait pour la saison. Ils « ont l’air » puisque j’avoue ne pas tous les avoir lu, mais les critiques qui en découlent et leurs couvertures me semblent parfaitement appropriées. Il n’y a pas d’ordre dans ce top, étant donné que je ne peux pas les classer sans les avoir lu, bonne lecture !


 

  • « La véritable histoire de Noel » de Marko Leino.la-veritable-histoire-de-noel-526579-264-432

RÉSUMÉ : « Au cœur de la Laponie, pays des neiges éternelles, le jeune orphelin Nicolas est recueilli par les habitants de son village. Mais ils sont tous trop pauvres pour pouvoir l’adopter. Le Conseil des Anciens prend alors une décision inédite : chaque année, le garçon sera pris en charge par une famille différente, et il en changera le jour de Noël.

Avec une étincelle d’espoir et de joie de vivre, Nicolas décide de se consacrer à sa passion : fabriquer des jouets. Le garçon va ainsi raviver l’émerveillement au cœur de cette région glacée. Et pourrait bien être à l’origine d’une des plus belles légendes. »

____________________

  • « Flocons d’amour » de John Green. 41kvlt3aftl-_sx312_bo1204203200_

RÉSUMÉ : « 24 décembre. Nuit des miracles ? Ou des catastrophes ? Une terrible tempête, un train bloqué dans la neige. Gracetown : tous les voyageurs descendent ! Gracetown… Bourgade perdue au milieux de nulle part qui vous ferait presque oublier le repas de Noël. Pourtant Jed, Jubilé, et les autres vont partager le réveillon le plus insolite de leur vie. Dans un café bondé de pom-pom girls ou au détour d’une route enneigée, les rencontres inattendues se multiplient. Les couples se font, se défont et se refondent Louvoyant entre les flocons, les flèches de Cupidon qui pleuvent sur la ville ne laisseront personne de glace. John Grenn, Maureen Johnson, Lauren Myracle : les plumes de trois grands auteurs s’allient pour vous faire rire et rêver d’amour, créant un univers où les anges de Noël ne chôment pas ! »

________________

  • « La danse hésitante des flocons de neige » de Sarah Morgan. 8169vn7arxl

RÉSUMÉ : « Noël. Kayla Green redoute cette date et, comme chaque année, elle prévoit de s’enfermer dans son bureau de Manhattan avec une surdose de travail. Mais un gros budget de relations publiques l’envoie en fait dans le Vermont : celui de Snow Crystal, apporté par Jackson O’Neil, qui dirige un groupe de stations de sports d’hiver de luxe. Pour Kayla, ce petit miracle de Noël ne va pas sans inconvénients : primo, la neige, le ski, les snow-boots, tituber sur la glace en talons hauts…, ce n’est vraiment pas son idéal ; secundo, Jackson O’Neil a une famille, une de ces familles aussi unies que les mailles d’un tricot bien serré qui rappellent douloureusement à Kayla qu’elle a toujours dû se débrouiller seule. Mais il y a pire encore pour elle que Noël, la famille et autres calamités : c’est Jackson. Jackson, qui a tous les atouts en main pour faire fondre le cœur de glace qu’elle s’est si difficilement façonné… »

________________

  • « Tendre veillée » de Scarlett Bailey. 51kpz3erkal-_sx306_bo1204203200_

RÉSUMÉ : « Lydia a toujours souhaité vivre un Noël parfait. Aussi n’hésite-t-elle pas une seule seconde quand ses meilleures amies l’invitent à réveillonner avec elles. Au programme, feux de cheminée et marrons chauds, le tout dans un décor digne d’une carte de voeux. Quand elle se retrouve bloquée par la neige en compagnie de son petit ami, de son ex et d’un irrésistible inconnu, son Noël idéal est sérieusement mis à mal. Mais bon, trois rois mages, c’est la tradition à cette époque de l’année… »

________________

  • « La liste de Noel » de Jojo Moyes. la-liste-de-noel-548414-264-432

RÉSUMÉ : « Veille de Noël. Chrissie fait ses derniers achats dans l’effervescence de Londres.

Pour Noël, elle reçoit sa belle-mère. Alors que, sur ordre de son mari, elle se met en quête d’un parfum introuvable et du seul fromage que tolère sa belle-mère, sa rencontre avec un chauffeur de taxi lui ouvre les yeux.

Elle n’a aucune envie de passer Noël en famille cette année… »


Et voilà, il y a evidemment bien d’autres romans parfaitement adapté à la saison mais je ne peux pas tous les citer. Si vous avez de bonnes suggestions je suis preneuse !

Bonne journée 🙂

Lire en anglais ?

Hellooooo ! J’ai décidé de faire cet article suite à vos nombreuses questions sur Instagram. Nombreuses sont les personnes qui n’osent pas se lancer dans la lecture VO, généralement par peur de ne rien comprendre. Il est certain que si vous n’avez pas un minimum de base dans la langue, il semble difficile de comprendre tout un bouquin, cependant, si le minimum de connaissances requis est présent, il ne devrait pas y avoir de soucis. Je vais donc répondre aux questions les plus récurrentes dans cet article pour éclairer vos doutes. Bien évidemment, ces conseils s’appliquent pour plus ou moins toutes les langues.

 dfvgb

Réponses à vos questions …


  • Je ne suis pas bilingue, est ce que je peux lire en anglais ?

Oui oui oui, et oui. Il n’est pas nécessaire d’être totalement bilingue pour saisir le sens d’un bouquin. Il est certain que pour commencer vous ne pourrez pas vous plonger dans du Shakespeare ou un grand livre philosophique, mais un simple livre contemporain sans aucun doute. Il suffit simplement, comme je le disais dans l’intro, d’avoir les bases nécessaires pour comprendre les grandes lignes. Par la suite, il vous sera de plus en plus aisé de comprendre. Alors, si tu comprends bien l’anglais, que tu aimerais beaucoup lire en VO et que les beeeelles couvertures VO te font envie, pourquoi hésiter ?

  • Par quel genre commencer ?

Je pense que le premier livre en VO que nous lisons dépend de notre niveau. Si tu as un niveau débutant, je te conseille de commencer par les livres pour enfants (10-11 ans) comme Harry Potter, les livres de David Walliams, ou encore les Roald Dahl. Si tu as un niveau intermédiaire, les Young Adult seront tes amis. J’ai des tonnes d’exemples à donner que je citerai plus bas.  Cependant, si tu as un bon niveau, libre à toi de lire du Young Adult, ou même des livres purement adulte, tout est permis !

Sinon, dans un autre registre, il existe des livres en anglais, avec des doubles pages, une en anglais, et la traduction française juste a coté ce qui peut aussi aider certaines personnes. Je ne me souviens malheureusement plus de la maison d’édition qui publie ce format.. merci de me le dire en commentaire si cela vous revient !

  • Ou acheter mes livres en anglais ?

Il y a plusieurs bon plans pour acheter des livres en Anglais. Dans certaines librairies, notamment à la Fnac, il y a un rayon VO. Autrement, il est très simple de s’en procurer sur internet, notamment sur The book depository ou encore Amazon. The book depository est une libraire en ligne qui ne vend que des livres en anglais. Il y a très souvent des promos et les frais de port sont gratuits dans le monde entier ce qui n’est pas négligeable. Autrement il y a Amazon, ou il est possible d’acheter des livres VO neufs ou d’occasions. (checkez les reventes de book outlet ou même leur site internet !!!)  Les prix sont abordables cependant les frais de ports sont à votre charge!

  • Un conseil ?

Si vous avez une liseuse, il me semble que c’est l’idéal pour commencer en VO. En effet, il est possible, du moins sur les Kindle, de cliquer sur le mot pour qu’il soit traduit juste en dessous. Les livres sont moins chers en format ebook et je trouve ça bien plus pratique qu’un dictionnaire ! Si vous souhaitez un article sur les avantages d’une liseuse électronique faite le moi savoir en commentaire.

Autrement, je vous conseille de télécharger l’application Wordreference qui est un dictionnaire en ligne très complet et juste. Pratique et rapide pour traduire un mot.

  • Et si on ne comprend pas tout ? que faire ?

A moins de ne vraiment rien comprendre DU TOUT, il est inutile de s’arrêter sur chacun des mots que l’on ne comprend pas. La plupart du temps, l’incompréhension d’un mot n’empêche pas la compréhension totale de la phrase. Cependant, si vous voyez un mot récurent qui vous est inconnu, il est en effet bon pour vous de chercher sa traduction. Mais s’arrêter à chaque mot incompris est une perte de temps et surtout décourageant, on perd le fil, la lecture n’est pas fluide, on se lasse : c’est à bannir si vous voulez apprécier votre lecture !

  • Quel livre VO me conseilles tu ?

Si je n’avais qu’un seul et unique livre VO a vous conseiller pour débuter ce serai « A little something different » de Sandy Hall. Une romance mignonne, très simple à comprendre et assez courte. Sinon, plus généralement je dirai les contemporains Young Adult. Ils ont la plupart du temps un vocabulaire accessible ce qui permet une compréhension rapide. Comme par exemple : Les romans de Stephenie Perkins, Girl Online de Zoe Sugg, les John Green, Rainbow Rowell, Jennifer Niven, Jandy Nelson, Forbidden de Tabita Suzuma, Morgan Matson etc.

Autrement, si vous souhaitez quelque chose d’encore plus simple, il vous suffit de relire un roman que vous avez déjà lu en français dans sa langue originale. Vu que vous connaissez déjà l’histoire, vous n’aurez aucun problème à suivre la trame de l’histoire.

  • Pourquoi lire en Anglais ?

Pourquoi ? Tout simplement parce que l’anglais c’est super cool, que tu auras une super moyenne en cours d’anglais à l’école, que les couvertures VO sont teeellement plus jolies et que les livres sont vraaaaaiment moins chers. Simple, clair et précis aha

 


Si cet article ne suffit pas a répondre à vos questions ou que vous souhaitez d’autres conseils, n’hésitez pas à me le faire savoir pour que je puisse modifier l’article ou même en faire un second ! J’espère en tout cas qu’il vous aura plu et répondu à vos questions.

Bisous à vous et à la prochaine xx

The memory book – Lara Avery

the-memory-book-758089

TITRE : The memory book

AUTEUR Lara Avery

EDITION :  Lumen

PARUTION : 2016

DATE DE LECTURE : 10/11/16 – 18/11/16

NOMBRE DE PAGE  : 430p

GENRE : contemporain

NOTE : 17/20


« Olivier Goldsmith a dit un jour : notre plus grande gloire n’est pas de tomber, mais de se relever chaque fois que nous tombons. »

RÉSUMÉ : On me dit que ma mémoire ne sera plus jamais la même, que je vais commencer à oublier des choses. Au début juste quelques-unes, mais ensuite beaucoup plus. Alors je t’écris, cher futur moi, pour que tu te souviennes !
Sam a toujours eu un plan : sortir première du lycée et filer vivre à New York. Rien ne l’en empêchera – pas même une anomalie génétique rare qui, lentement, va commencer à lui voler ses souvenirs, puis sa santé. Désormais, ce qu’il lui faut, c’est un nouveau plan.
C’est ainsi que naît son journal : ce sont les notes qu’elle s’envoie à elle-même dans le futur, la trace des heures, petites et grandes, qu’elle vit. C’est là qu’elle consignera chaque détail proche de la perfection de son premier rendez-vous avec son amour de toujours, Stuart. Le but ? Contre toute attente, contre vents et marées : ne rien oublier.


MON AVIS : Afin de commencer cette chronique comme il se doit, je tiens à remercier les éditions Lumen pour cet envoi. Je pense que, pour apprécier ce livre à sa juste valeur, il ne faut pas trop en dévoiler, c’est pourquoi cette chronique ne sera pas bien longue. Je m’explique.

Dans ce roman, nous suivons Sam, une jeune lycéenne atteinte d’une maladie dégénérative, qui, peu à peu, lui ronge tout souvenir. Un avenir brillant lui était déjà destiné, cependant, à l’annonce de cette maladie, tout s’écroule. Pour tenter de se remémorer les faits les plus importants de sa vie, Sam écrit un journal quotidien, dans lequel nous suivons ses joies, ses peines, ses désillusions et sa vie d’adolescente ordinaire.

Ces dernières années, après le phénomène « Nos étoiles contraires »,de nombreux romans abordant la maladie ont fait surface sur les étagères Young Adult. Cependant, The memory book se démarque à sa façon. Il traite un sujet sensible tout en pudeur, sans jamais trop entrer dans les détails. Exactement la dose nécessaire pour prendre conscience de la gravité de la situation sans pour autant totalement dérouter le lecteur.

 Sam est courageuse, têtue et attachante. Je  n’ai pas toujours compris ses choix, mais ses réactions spontanées et ses erreurs ne la rendent que plus humaine à nos yeux. Sa liaison avec sa famille, sa relation avec Stuart et sa complicité avec Cooper ont été un gros plus au roman. Ces deux garçons font partie intégrante de sa vie, Sam évoque souvent des moments passé avec eux dans son journal.  Mais là vient le petit bémol .. Je n’ai pas su apprécier Stuart à sa juste valeur. J’ai largement préféré Cooper, qui, sous ses airs d’idiot apporte tellement plus selon moi. Plus de sentiment, de justesse et de sincérité.Sa personnalité enjouée fut une bourrasque de fraîcheur tout au long de ma lecture.

On se lie alors à tout ces personnages, on se bat à leurs cotés, on les voit baisser les bras parfois, puis se relever avec encore plus d’ambitions. Ce roman est un message d’espoir, mais aussi une prise de conscience. J’aurai cependant aimé un peu plus d’émotion.. Tous les ressentis des personnages restent superficiels. On croirait presque que Lara Avery reste en surface volontairement, pour ne pas rendre son histoire trop « déprimante ». Mais j’avoue avoir quelques fois souhaité des sentiments un peu plus profonds, plus réels et justes. A certains moments, on croirait presque que les personnages restent indifférents face à la situation. Cependant, ce manque rend certainement cette lecture plus accessible et moins perturbante pour les plus jeunes.

Ainsi, je peux dire que ce roman fut  une bonne découverte, traitant d’un sujet intéressant et poignant. Je lui ai malgrè tout trouvé quelques défauts qui lui ont porté préjudice de temps en temps .. Je vous conseille donc ce roman si vous souhaitez lire quelque chose de beau, sans trop d’émotion, tout en supportant les clichés du Young adult qui malgrè tout restent visibles.

Samedi 14 novembre – Vincent Villeminot

TITRE : Samedi 14 novembrecouv-samedi-14-novembre-avec-bandeau-620x987

AUTEUR Vincent Villeminot

EDITION Sarbacane

PARUTION : 2016

DATE DE LECTURE : 01/11/16 – 04/10/16

NOMBRE DE PAGE  : 216p

GENRE : contemporain, drame, espoir

NOTE : 16/20


« Et toi, comment tu le regardes, l’espoir ? »

RÉSUMÉ : Vendredi, 13 novembre 2015. B. était à la terrasse d’un café, quand les terroristes ont tiré. Son frère est mort, lui s’en sort indemne.
Il quitte l’hôpital au matin, monte dans le métro. Son regard croise celui d’un passager.
Il reconnaît le visage de l’un des tueurs et décide de le suivre.


 

MON AVIS : J’ai découvert ce roman grâce aux éditions Sarbacane qui me l’ont gentiment envoyé. Lors du choix du service presse, le résumé m’a grandement intrigué. Rien que le titre nous mène vers un sujet sensible, douloureux, tragique. Mais malgré cela, j’ai souhaité découvrir de quelle façon Vincent Villeminot allait traiter cet événement pourtant encore très éprouvant pour beaucoup.

Dans ce roman, nous suivons B, le personnage principal. Il se trouvait avec son frère à la terrasse d’un des restaurants attaqués lors des attentats du vendredi 13 novembre. Son frère décède, mais pas lui. Il est transporté à l’hôpital, mais décide de s’enfuir, sans rien dire à personne. Il se retrouve alors dans le métro parisien en quête de quelque chose. De haine, de vie, d’espoir ? On ne sait pas. Lui non plus. Cependant, il aperçoit une personne parmi la foule, un visage. CE visage. Celui présent dans la voiture des terroristes la vieille au soir. Il le reconnait, il en est certains. Alors, entre haine peur et souffrance, B. décide de le suivre. De cette façon, il se retrouve dans un appartement, entouré du terroriste et de la sœur de ce dernier.

C’est ainsi que débute un huit clos, dans lequel B laisse sa haine guider ses gestes. Ses émotions animer ses actes. Dans une sorte de transe, incapable de penser sainement, une bulle coupée de toute action extérieure. B se trouve en situation d’incompréhension totale. Il ne sait que faire, appeler la police ? Le tuer ? Aveuglé par la haine, il agit sous des impulsions soudaines. De sa plume poétique, l’auteur a bien su nous retranscrire cela, une haine viscérale que quiconque aurait ressenti. Une répugnance extrême. Et pourtant..

…ce roman reste porteur d’espoir. En effet, le but premier de Vincent Villeminot n’a nullement été de ressasser ces atroces événements, mais plutôt de montrer que, malgrè tout, la vie continue. Qu’il n’est point utile de propager la haine, et encore moins de faire d’amalgames. C’est sur cette partie là que Vincent Villeminot a effectué un incroyable travail. Il lève le masque sur le fait que, même sous une carapace de colère abrupte, quiconque est capable de faire la part des choses. Ce n’est donc pas un livre qui traite des attentats en soit, mais plutôt de l’ascension d’un être touché par ces événements vers la vie, vers l’espoir. Tout se construit à l’envers : le roman débute d’une couleur sombre, violente, impure, et se termine sur une touche de clarté. Là est toute la beauté de la chose.

En plus de cela, la plume de Vincent Villeminot est superbe, très lyrique. Il sait choisir les bons mots quand il le faut, et joue avec nos sentiments. Les phrases sont dures, mais comment serait il possible de faire autrement ? Cependant, malgrè tout cela, je dois avouer que ce roman manque un peu de mouvement. Il est vrai que cette histoire est plus axée sur l’émotion que sur l’action, mais je pense que certaines personnes pourraient trouver le tout un peu atone

Pour finir, Samedi 14 novembre est un roman qui, malgrè ses petits défauts devrait être mit entre les mains de tout le monde. C’est une once de violence sur un flot d’espérance. Il permet de lever le voile sur certaines choses assez taboues et de nous rendre lucides à ce propos. Mais également de faire prendre conscience d’une chose : Quoi qu’il arrive, l’espoir perdure, une lueur est toujours là, pas très loin, pour nous éclairer quand la flamme de notre vie s’essouffle.

 

BOOK HAUL – craquage de l’extrême (30 livres !!!)

Bonsoiiiiir ! Ça fait super longtemps que je ne vous ai pas fait de Book Haul (bon pas si longtemps que ça d’accord..ça fait 2 mois) alors aujourd’hui je vous retrouve pour vous montrer les achats livresques que j’ai effectué depuis la fin de l’été environs ! Il est long .. très long même puisqu’il y a 30 livres, je vais essayer de vous mettre un lien se référant au résumé pour chaque livre présenté ! J’espère que cela vous permettra de découvrir de nouvelles choses; enjoy!

14971519_1262226977171241_958753903_o

Pour commencer, je vais vous montrer les achats neufs que j’ai effectué. A la Fnac, je me suis procuré au début du mois de septembre 5 bouquins :

  • Miss peregrine et les enfants particuliers de Ransom Riggs (RESUME)
  • Les étoiles de Noss Head tome 2 de Sophie Jomain (RESUME)
  • A comme Aujourd’hui de David Levithan (RESUME)
  • A la place du coeur de Arnaud Cathrine (RESUME)
  • Songe à la douceur de clémentine Beauvais (RESUME)

Ensuite, je suis allée au Festival de la New romance à Bandol (festival qui était d’ailleurs génial) auquel je me suis procuré 4 livres :

  • The air he breathes de Brittainy C Cherry (RESUME)
  • The deal TOME 1 de Elle Kennedy (RESUME)
  • After TOME 3 de Anna Todd (RESUME)
  • Ten tiny breath tome 2 MENTIR de KA Tucker (RESUME)

Malheureusement pour mon porte monnaie mais à mon plus grand bonheur, le craquage ne s’arrête pas là aha en effet j’ai plusieurs fois fais des brocantes et des librairies d’occasions durant ces 2 mois, voici ce que j’y ai trouvé. Pour commencer, les livres trouvé en brocantes :

  • Enjoymarie de Marie Lopez (RESUME)
  • Vampire academy tome 1 , 2 et 3 de Richelle Mead (RESUME)
  • L’appel du coucou de Robert Galbraith (RESUME)
  • Fight for love tome 1 et 2 de Katy Evans (RESUME)
  • Le mec de la tombe d’a coté de Katarina Mazzeti (RESUME)
  • La route de Cormac McCarthy (RESUME)
  • Orgueil et préjugés de Jane Austen (RESUME)

En plus de cela, j’ai passé quelques jours à Paris durant lesquels j’ai pu faire un « petit » tour à Guibert Joseph. J’y ai trouvé :

  • Lola et le garçon d’à coté de Stephenie Perkins (RESUME)
  • Tant que nous sommes vivants de Anne Laurie Bondoux (RESUME)
  • La gueule du loup de Marion Brunet (RESUME)
  • Golden Valley de Gael Aymon (RESUME)
  • Lettre à mon ravisseur de Lucy Christopher (RESUME)
  • Captive de Renée Ahdieh (RESUME)
  • Cette obscure clarté de Estelle Laure (RESUME)
  • In the after de Demetria Lunetta (RESUME)

Et enfin, trois maisons d’édition que je remercie encore m’ont très gentiment envoyé 3 services presse dont :

  • Youth de Paolo Sorentino  des éditions Albin Michel (RESUME)
  • The memory book de Lara Avery des éditions Lumen (RESUME)
  • Samedi 14 novembre de  Vincent Villeminot  des éditions sarbacane (la chronique est pour très bientot !) (RESUME)

Donc voilà bel et bien un total de 30 livres … je ne sais pas réellement si je dois rire ou pleurer mais en tout cas ma bibliothèque en est ravie ! Dites moi si vous connaissez certains de ces livres et n’hésitez pas à me laisser votre avis. J’espère vous avoir fait découvrir de nouveaux livres qui pourquoi pas aboutiront à de futurs achats 😛

Je vous fait pleins de bisous et à très vite ! xx Ophélie

Miss peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs

41a-43mf0l-_sx316_bo1204203200_

TITRE : Miss peregrine et les enfants particuliers

AUTEUR Ransom Riggs

EDITION :  Bayard

PARUTION : 2012

DATE DE LECTURE : 25/10/16 – 31/10/16

NOMBRE DE PAGE  : 443p

GENRE : fantastique

NOTE : 19/20


« – On est particuliers, a-t-il répondu, l’air perplexe. Pas toi ? »

RÉSUMÉ : Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé un partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ».
Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela paraisse…


 

MON AVIS :  « Miss peregrine et les enfants particuliers« …voilà d’emblée un titre alléchant pour un roman pour le moins…particulier ! Cela fait un moment que je vois les critiques passer, défiler, s’enchaîner sur la blogo. Et pourtant, j’ai mis un bon bout de temps avant de me lancer. Pourquoi? Je m’explique.

Comme beaucoup de monde je pense, la couverture me semblait au premier abord très effrayante, voir même horrifique. Et grande trouillarde que je suis, je pensais avoir affaire à un bouquin angoissant dans un univers assez malsain. Cependant, en lisant les critiques j’ai réalisé que sa couverture lui faisait défaut. (même si l’objet livre en soit est superbe). Il s’agit d’un roman avec des créatures surnaturelles, mais aucun sujet sinistre n’y est abordé.

Dans ce roman, nous suivons Jacob, un simple adolescent de 16 ans vivant aux Etats Unis. Depuis sa tendre enfance, son grand père, rescapé juif de la seconde guerre mondiale, lui conte de fascinantes histoires concernant sa jeunesse. En effet, son grand père, fuyant la guerre, a été recueilli sur une minuscule île, dans un pensionnat pour enfants dits « particuliers », qui auraient tous des capacités étranges et surnaturelles. Mais, Jacob ayant atteint un age mur, ne croit plus à toutes ces histoires et pense qu’elles sont le fruit de l’imagination de son grand père. Cependant, tout change lorsqu’il retrouve ce dernier, tué par une étrange créature qui s’enfuit sous ses yeux. En plus de cela, son grand père lui souffle avant de mourir, de mystérieuses paroles, l’incitant à découvrir les secrets de son enfance. Ainsi, Jacob part en quête de vérité sur la fameuse île de son grand père et découvre des choses bien au delà de tout ce qu’il aurait pu imaginer.

Un mot : originalité. Je pense qu’aucun adjectif ne peut mieux qualifier ce roman. Et quel roman ! L’univers créé par Ransom Riggs est authentique, du jamais vu. Il parvient à merveille à faire cohabiter deux époques : la notre, et celle durant la seconde guerre mondiale. Entre boucle temporelle, créatures surnaturelles et pouvoirs fantastiques, tout est fait pour nous embarquer dans cet univers rocambolesque. J’ai adoré la façon dont l’auteur manie nos pensées et nous mène dans son monde, que nous pensons totalement absurde au début, pour au final trouver aberrant le fait de ne pas y croire. Rendre plausible quelque chose de totalement fou. Là est tout le talent de l’écrivain. Chapeau bas monsieur Riggs !

En ce qui concerne les personnages, Jacob est un jeune garçon attachant, que je n’ai cependant pas toujours compris. Certaines grosses décisions ayant un impact décisif sur sa vie future ont l’air d’être prises avec naïveté.  Il fait néanmoins face à de dangereuses situations avec beaucoup de bravoure. Alors même si certaines choses m’ont semblé un peu faciles, son courage et l’univers très complexe de l’auteur compensent cela.

Les personnages secondaires quant à eux, font partie intégrante du roman. J’avoue avoir été plus attachées aux enfants du pensionnat plutôt qu’a Jacob. Plus originaux, plus captivants et  aussi fou que cela puisse paraître : plus crédibles. Il m’est impossible d’entrer dans les détails pour chacun tant ils sont nombreux. Mais chacune de leurs particularités les rend attachants à leur façon. 

Autrement, d’un coté plus esthétique, parlons de la beauté de l’objet livre. Nombreux sont déjà ceux qui en ont vanté les mérites, mais je ne me voyais pas faire une chronique sans aborder le sujet. La qualité du papier et de la couverture est superbe, la typographie très élégante, des photos y sont insérés tout du long. Pour un roman à 15 euros, les éditions bayard ont fait fort !

Vous l’aurez compris, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce roman. Une originalité sans égal que j’ai hâte de retrouver dans les prochains tomes! Alors, pour conclure en 2 lignes : Si votre réticence à lire ce livre vient du fait que la couverture semble promettre un livre effrayant, lisez le. Et si cette hésitation vient d’autre chose : lisez le quand même ! 

 

Le faire ou mourir – Claire-Lise Marguier

le-faire-ou-mourir

TITRE : Le faire ou mourir

AUTEUR Claire-Lise Marguier

EDITION :  Rouergue

PARUTION : 2011

DATE DE LECTURE : 19/09-20/09

NOMBRE DE PAGE  :

GENRE : drame

NOTE : 20/20 COUP DE COEUR


« Sammy me dit souvent arrête de penser, Dam, ou tu vas passer à côté des choses. »

RÉSUMÉ : Damien est un garçon trop sensible, méprisé par ses copains de classe depuis toujours et incompris de ses parents. Dès l’arrivée dans son nouveau collège, il se retrouve par miracle sous la protection de la bande de gothiques et de son leader, Samy, un garçon lumineux, intelligent et doux, en dépit de son look radical. Très vite, Damien devient Dam, adopte piercings et vêtements noirs et, surtout, trouve auprès de Samy un véritable ami, et peut-être plus, au point de déclencher des représailles chez son père, contre ces « mauvaises fréquentations ».


 

MON AVIS :  « WOW, putain de merde » sont les seuls mots qui me viennent à l’esprit durant les 10 minutes suivant la fin d’un livre qui m’a anéanti. C’est le cas de « Le faire ou mourir ». Je viens de tourner la dernière page de ce bouquin à la seconde.. j’en ai encore le cœur qui palpite et les yeux humides. Mais je me devais de l’écrire là, maintenant, tout de suite. Tant que mes émotions sont encore éclatantes et pures, je peux parler de ce bouquin à cœur ouvert. Je m’excuse d’avance si cette chronique n’a ni queue ni tête, mais j’ai pris une claque incommensurable .. un choc, un coup, une gifle qui m’a atteint avec une brutalité et une violence sans nom. J’écris cette chronique les larmes aux yeux, la boule au ventre, la gorge serrée. Je ne saurai même pas trouver les mots justes, à la hauteur. Un roman simpliste, concis, mais si puissant. La seconde moitié du bouquin m’a retourné le cerveau .. j’ai tremblé de la tête aux pieds, et je tremble encore. Rien que le fait d’écrire cette chronique réveille tous les sentiments éprouvé durant ma lecture. J’ai à la fois tant de chose à expliquer mais aussi tellement peur de trop vous en dire.. .. Ce livre doit être mis entre les mains de tous le monde. Il fait prendre conscience de tellement de choses avec force et honnêteté. J’ai aimé, j’ai hais, j’ai pleuré. J’ai eu envie de hurler, de tout casser, de prendre ce jeune garçon dans mes bras et de lui dire que tout ira mieux. Un ras de marré d’émotion qui m’a foudroyé de part en part et m’a englouti sur son passage..une claque, pure et dure. Mais au fur et à mesure que j’écris, je réalise que ce bouquin n’a pas besoin de chronique. Ni de résumé. Lisez le, plongez vous dans l’histoire à l’aveugle, et jouissez d’une prise de conscience encore inconnue à vos yeux. A ce stade là, on ne peut même plus appeler ça un coup de coeur, « Le faire ou mourir » a été un véritable coup de poing.